Toi l'Ami que j'ai attendu,
Ce jour de peine !
L'Ami qui n'est jamais venu,
Malgré ma peine !

Comment t'expliquer par des mots,
Comment décrire ces moments,
Cette douleur ?
Quand le vide envahit les mots,
La Mort ne s'exprime autrement ;
Que par des pleurs.

J'aurai tant voulu mon Ami,
Sur ton épaule ;
Pleurer mon soûl, te parler de lui ;
La Vie est drôle !

On existe parmi la foule,
Entourés d'Amis ; protégés
De certitudes.
Quand le malheur aux pieds te foule,
Personne ne sait partager
La solitude !

Je garderai en moi, Ami,
Quoiqu'il advienne ;
Cette douleur, à l'infini ;
Ce matin blême.

Je me souviendrai son jardin,
Le matin, la rosée, la vie
Qui continue...
Et cette peur, et ce chagrin
Et mon enfance qui avec lui,
A disparu !

Toi l'Ami que j'ai attendu,
Ce jour de peine !
L'Ami qui n'est jamais venu,
Malgré ma peine !

d'autres paroles qui s'envolent...
Photo du petit bonhomme
Sortie de secours...

Copyright "Webmaster is le jardinier at la rosée du matin, in the potager" 2009, tous droits réservés
A. et S. Pieulhet-"l'agrichanteur" - le chardy 36190 ORSENNES - Tel. 02 54 47 39 35