Sa jupe courte, sur ses bas noirs.
Ses longues jambes, si belles à voir.
Ses seins qui pointent derrière le chemisier,
Et sa frimousse, choisi pour aguicher.

Elle est hôtesse !
Celle qui nous rend fous.
Une déesse,
Qui vend un peu de tout !
Où va ce monde de vieux cerveaux tarés,
Qui joue ses mômes pour ce faire du blé ?

Elle qui arpente, le boulevard ;
Ses rèves changés en cauchemars.
Elle se rapelle la pauvreté là-bas,
Et ses illusions l'ont menée jusque là.

Elle est hôtesse !
Celle qui nous rend fous.
Pour une pièce,
Elle donnerait tout.
Qu'avons-nous fait, nous, vieux cerveaux puants ;
Pour que nos mômes ne jurent que par l'argent ?

Elle qui défile le regard fier,
Devant ses juges qui délibèrent ;
Qui la soupèsent comme un vil animal.
Je crois que l'homme est devenu canibale !

Elle sera déesse,
Peut être rien du tout !
Les feux caressent
Leurs vanités surtout.
Qu'avons-nous fait, nous, cerveaux dérangés ?
Jouir de nos mômes, et puis les sacrifier !

Pour toi ma fille, j'écris ces mots.
Tu croiseras un jour des salauds.
Que Dieu te garde de leur verbe illusoire,
Qu'il me préserve des regrets de n'avoir ...
Pas su te parler.

d'autres paroles qui s'envolent...
Photo du petit bonhomme
Sortie de secours...

Copyright "Webmaster is le jardinier at la rosée du matin, in the potager" 2009, tous droits réservés
A. et S. Pieulhet-"l'agrichanteur" - le chardy 36190 ORSENNES - Tel. 02 54 47 39 35