En face de toi, mon ami
Je joue au marchand ce matin
Tu sais, je brûles de l'envie
De ta guitare entre mes mains.

Ce bout de rue qui nous sépare
C'est comme une mer sans rivages
Les passants changent de trottoir
Comme s'ils avaient peur de leur naufrage.

Devanc mon banc, ils se rassurent
Je fais partie de leur décor
Ma mine claire, mon teint pur
Comme eux, je suis resté au port.

Tu nous souffles le vent du large
Parfumé d'embruns et d'ailleurs
Ta vie est faite de voyage
La mienne n'est qu'un long labeur.

Ne souris pas, peut être qu'un jour
Je traverserai le miroir
J'irai gueuler mes mots d'amour
En face, debout sur le trottoir.

d'autres paroles qui s'envolent...
Photo du petit bonhomme
Sortie de secours...

Copyright "Webmaster is le jardinier at la rosée du matin, in the potager" 2009, tous droits réservés
A. et S. Pieulhet-"l'agrichanteur" - le chardy 36190 ORSENNES - Tel. 02 54 47 39 35